Jeudis du Genre

Organisation


Présentation

Le séminaire « Les Jeudis du genre » est transversal et transdisciplinaire. Il aborde des questions d’ordre méthodologique, théorique ou thématique en lien avec l’histoire des représentations genrées et des sexualités. Les réunions mensuelles d’octobre à mai sont un lieu de réflexion et d’échanges sur les constructions, manipulations et subversions de l’assignation genrée et/ou sexuelle dans l’histoire, la littérature, les arts et la culture du monde anglophone. Des Journées d’étude et colloques viennent enrichir ces réunions régulières. Ces séances rassemblent les membres du département d’études anglophones de l’Université de Toulouse Jean-Jaurès, mais aussi tous ceux et celles qui s’intéressent à la recherche sur le genre, notamment les chercheur.es et étudiant.es impliqué.es dans le réseau toulousain d’études sur le genre, Arpège.

Etant donné ses affinités avec les orientations de recherche de l’axe 1 du CAS, les « Jeudis du genre » sont affiliés à cet axe qui interroge explicitement le genre et les sexualités à travers l’analyse des troubles dans les constructions identitaires, via les figures de déstabilisation de l’identité sociale, raciale, genrée ou sexuelle, ainsi que les formes de résistances.

Programme en cours
Actuellement et depuis 2019, le programme du séminaire est consacré à l'articulation entre pratique et théorie, en proposant des lectures de textes critiques (de Teresa de Lauretis, Jack Halberstam, Rose Mary Crompton, Simone de Beauvoir, entre autres) et des points théoriques (féminisme noir, intersectionnalité, « the New Woman ») ainsi qu’à des lectures croisées entre traditions françaises et américaines (traduction de séries, la réception de Simone de Beauvoir aux Etats-Unis, théâtre queer français et américain) ou de genres littéraires. Ce programme se clôturera à l’automne 2021 par une journée d’études consacrée à l’influence des théories féministes sur le cinéma et les séries TV anglophones du 21e siècle.

Nouveau programme
Pour la période 2021-2026, la réflexion s’inscrit toujours dans la lignée des travaux de l’axe 1 sur « Déstabilisations et résistances ». Ainsi en 2021-2022, nous proposons de nous pencher sur la thématique des représentations dans les arts visuels, le cinéma et la littérature, notamment les auto-représentations, et auto-fictions, mais également dans l’histoire, la politique et l’actualité.

Historique
Le groupe des « Jeudis du genre » a été fondé en 2005 par Karen Meschia et Elizabeth de Cacqueray dans le cadre du programme quadriennal 2005-2010 du laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes.
En inscrivant ses travaux sur le genre dans une perspective interdisciplinaire, les « Jeudis du Genre » ont fédéré et dynamisé la recherche autour d’une série de journées d’étude et lors d’un colloque international en 2009, « Femmes, conflits et pouvoir ». Ces travaux ont donné lieu à la publication de deux numéros de revue, Miranda 13 (2010), « Les voix du conflit : femmes et guerres au xxe siècle », et Caliban 27 (2010), « Femmes, conflits et pouvoir ».

Le séminaire a par la suite accueilli régulièrement des chercheur.es invité.es venus d’universités françaises, britanniques, italiennes, grecques ou américaines, et a organisé aussi des tables rondes avec des journalistes, des hommes/femmes politiques ou des militant(e)s pour la reconnaissance des problématiques liées au genre. En octobre 2019 le séminaire a collaboré avec le festival Polar du Sud et a accueilli l’écrivaine Alexandria Marzano-Lesnevich pour présentation et discussion autour de son livre, The Fact of a Body.

Entre 2015 et 2020, les « Jeudis du Genre » ont été co-dirigés par Catherine Delyfer, Emeline Jouve, Cristelle Maury et Catherine Puzzo, et Corinne Bigot depuis 2020.

En 2015, les « JDG » ont abordé des questions telles que la représentation contemporaine des femmes dans la presse et les médias, le masculin et le féminin en politique, la subversion des rôles genrés dans la littérature britannique de l’entre-deux-guerres, le rôle de la religion et du mariage, ou encore la masculinité dans le cinéma américain des années 70.

En 2016-2018, les « JDG » ont étudié plus précisément les manipulations du genre, et tout particulièrement les formes et les conditions de l’émancipation vis-à-vis de l’assignation à une place définie par le genre. D’une part, en examinant les processus de consolidation, déconstruction ou renégociation des normes et des identités, le séminaire s’interroge sur le « jeu » dans le genre (au sens mécanique de l’espace entre deux pièces imparfaitement assemblées) et sur les « jeux » autour du genre (travestissement). D’autre part, les enjeux politiques et démocratiques du genre sont envisagés, par une approche historique et culturelle des lois sur le suffrage féminin dans le monde anglophone.

Programme des séminaires passés :
Programme 2020-2021
Programme 2019-2020
Programme 2018-2019
Programme 2017-2018
Programme 2016-2017