Vivre ensemble au Royaume-Uni en 2020

Publié le 9 mars 2020 Mis à jour le 9 mars 2020
du 26 mars 2020 au 27 mars 2020 Centre de Ressources des Langues, Bâtiment Erasme, UT2J
Dans le cadre des réflexions de l’axe 3 du CAS, qui portent sur « Construction(s) de l’individu et du collectif », ce colloque international aura pour ambition de faire un état des lieux du vivre-ensemble au Royaume-Uni, à un moment où il semble singulièrement mis à mal. L’issue du référendum du 23 juin 2016 sur le maintien dans l’UE a révélé et creusé des clivages importants au Royaume-Uni : entre d’une part, l’Angleterre et le pays de Galles, favorables à la sortie de l’Union Européenne et, d’autre part, l’Irlande du Nord et surtout l’Écosse qui ont majoritairement voté pour le maintien dans le club européen ; entre les métropoles et le péri-urbain ; entre les différentes générations ; entre milieux populaires et classes moyennes etc.  C’est l’avenir même de l’Union qui est en jeu, car le vote pour le Brexit a ravivé la possibilité d’un deuxième référendum sur l’indépendance en Écosse et celle d’une réunification irlandaise.  Certains autres clivages allaient être soulignés quelques semaines plus tard dans le rapport de l’Equality and Human Rights Commission intitulé Healing a Divided Britain, qui mettait en évidence un pays fragmenté, où racisme, discrimination et préjugés demeurent prononcés, le volontarisme britannique en la matière se heurtant à de nombreux obstacles, dont les politiques d’austérité mises en œuvre par les gouvernements successifs depuis une décennie au moins.  En septembre 2018, un rapport de la Social Metrics Commission révélait, quant à lui, une aggravation de la précarité et de la marginalisation sociale : 14,2 millions de pauvres, dont 4,5 millions d’enfants. 
Partenaires :
Observatoire de la Société Britannique
SFEE
CRECIB
MIDIB