AXE 3 : Construction(s) de l’individu et du collectif

Organisation

Présentation

Cet axe se propose d’étudier les articulations entre, d'une part, les productions symboliques et les actions des sujets individuels dans le monde anglo-saxon (et partant, les modes de subjectivations qui les déterminent) et, d'autre part, les modalités concrètes d'élaboration des collectifs et des communautés et plus largement, les variétés et les valences de l'être-ensemble dans la société et la culture du monde anglophone. Dans cette prise en compte des formes d'action, on attachera une importance toute particulière aux dynamiques d'interaction, de friction, d'opposition et de dialogue par lesquelles s'élaborent des réponses humaines — politiques, esthétiques et scientifiques — aux contingences du monde social, ainsi que les transmissions mémorielles, que celles-ci soient historiques, politiques ou artistiques. 

Il s’organise en un programme articulant trois thématiques :

Programme 1 : « mémoires individuelles et collectives »

Ce premier thème s'inscrit dans la continuité de certains travaux développés dans le précédent contrat. Il s'agit donc de poursuivre et de fédérer des activités auparavant menées en parallèle, telles que les journées d’études sur mythes et mémoires, sur les mémoires intimes, sur les mémoires des esclavages, ou encore sur les traces des images de guerre dans la littérature. Notre objectif est également de renforcer des liens établis avec des programmes de recherche portés par le site (axe MemoCris du Labex SMS, projet CAPES-COFECUB, groupe Upsi4Hum de l’Université Toulouse Paul Sabatier, nouveau programme de la SFR IRPALL sur la traduction). Nos travaux de recherche porteront sur la mémoire et auront pour objectif principal l’exploration des processus de mémorialisation, de l'écriture de la crise et du trauma et son impact sur l'intime, de la ré-écriture et des filiations théoriques et idéologiques. Nous nous intéresserons ainsi à la figure du retour dans la sphère de l'intime ou du collectif, à la problématique du témoignage, à diverses formes de résurgence du passé, y compris celles qui sont à l'œuvre dans les réécritures littéraires, qu'elles soient parodiques ou non. La réflexion articulera expérience individuelle et transmission collective, sphère privée et sphère publique. Elle envisagera la question du récit littéraire et historique comme instrument flexible et adaptable de la création de la mémoire. Cette étude se fera notamment dans la perspective analytique de l’adaptation et du transfert comme articulation d’une mémoire singulière (ou locale) et d’une mémoire universelle (ou globale).

Programme 2 : « construction de la démocratie »

Par un travail sur la démocratie, nous souhaitons prolonger les travaux entamés dans le précédent contrat sur la citoyenneté, la circulation des idées, et l'histoire intellectuelle et politique dans le monde transatlantique. Nous explorerons les multiples définitions et théorisations récentes de la démocratie aux échelles nationale, mais aussi infra-, supra- et trans-nationales. Nous aborderons les « communautés imaginées » sous plusieurs formes : construction politique et sociale des nations et des communautés (ethniques, religieuses, politiques), construction narrative et artistique de la démocratie (utopie, contre-utopie, dystopie). Une réflexion sur les liens entre éthique et politique sous-tendra nos travaux : il s’agira de mettre au jour les modalités d’une démocratie formelle dans les arts du monde anglophone, en tant que nouvelles formes d’engagement individuel ou collectif. Ce thème intègrera enfin l'analyse des dynamiques de pouvoirs et des expérimentations institutionnelles et constitutionnelles.

Programme 3 : « conflit et négociation »

Les rapports entre individu et collectif seront ici analysés sous l'angle du conflit et de la négociation. Nous examinerons contestation et rébellion à travers leurs enjeux esthétiques et politiques, par exemple le conflit comme moteur social et moteur artistique. Nous pourrons ainsi mettre au jour la place du conflit générique et catégoriel dans une esthétique propre à l’adaptation filmique. Nous envisagerons ici la construction de l'individu dans son rapport au collectif, et les modalités selon lesquelles ce dernier empêche, ralentit, ou au contraire favorise l'émergence ou la construction du sujet (dans la continuité des séminaires théoriques précédemment conduits sur la modernité et l’individu). Le conflit sera envisagé sous l’égide d’une « négociation perpétuelle » impliquant la gestion d’une tension à des fins de renouvellement des cadres esthétiques et politiques et à des fins d’équilibrage (ou du moins de sa tentative). Dans la continuité des travaux du contrat précédent sur les formes marginales de la diplomatie, nous observerons l’émergence difficile de la figure de l’ambassadeur, identité paradoxale superposant l’individu et le collectif et évoquant la question du territoire. Notre objectif est d'étudier l'influence de l'histoire diplomatique et de la philosophie politique sur l'écriture romanesque et théâtrale. Ces travaux permettront de confronter les différentes approches (littéraires, philosophiques et artistiques) d’un domaine jadis dévolu à la seule science politique, la diplomatie. Cette étude contribuera à faire avancer la réflexion collective sur l’établissement d’une méthodologie de l'interdisciplinarité articulant littérature, histoire des idées et histoire de l'art.

L’analyse de chaque thème sera effectuée à travers le prisme d’objets précis explorés dans séminaires, journées d’études et colloques tout au long du plan quinquennal. L’axe thématique « Construction(s) de l’individu et du collectif » se veut ouvert aux chercheurs de tous horizons disciplinaires et méthodologiques, de la Renaissance à la période contemporaine. Il fédèrera les travaux de nombreux membres du CAS dans toutes les aires du monde anglophone, que ceux-ci conduisent leur recherche en civilisation, littérature ou linguistique, mais aussi dans une perspective intermédiale, en études texte-image ou en études filmiques. 


Séminaires transversaux


ARTLab
(Atelier de Recherche Toulousain sur la Littérature et les Arts Britanniques)
ATHIP (Atelier Transatlantique d'Histoire Intellectuelle et Politique)


English version

 

   

Manifestations depuis 2015

Programme 1 : « mémoires individuelles et collectives »

  • Évènements
    • janvier 2015 : séminaire « Le monde est un théâtre : Shakespeare, histoires et territoires », Université Toulouse Capitole (Nathalie Rivère de Carles)
    • novembre 2015 : JÉ “Azincourt-Agincourt: Remembering and Representing the Hundred Years War” (Nathalie Rivère de Carles)
    • décembre 2015 : colloque « E. M. Forster’s legacy: “Only connect” over a century of British arts » (Laurent Mellet et Elsa Cavalié)
    • février 2016 : conférence de Silvia Pellicer-Ortin : "Writing and Self-Healing: The Representation of Trauma in Eva Figes' Writings"
    • mars 2016 : JÉ « Commémoration/mémorialisation » (Anne Stefani et Léna Loza)
    • octobre 2016 : colloque « Mémoire et Histoire de l’esclavage dans le monde Atlantique » (Nathalie Dessens, en collaboration avec FRAMESPA dans le cadre du programme CAPES-COFECUB sur la mémoire des esclavages et du programme MESCLAM du LABEX SMS)


Programme 2 : « construction de la démocratie »

ATHIP (Atelier Transatlantique d’Histoire Intellectuelle et Politique – Françoise Coste, Rachel Rogers, Alexandra Sippel, Lea Stephan). ATHIP poursuit la réflexion engagée depuis trois ans sur la construction de la démocratie dans la pensée et l’histoire politiques du monde transatlantique.
  • Évènements
    • octobre 2015 : Françoise Coste : Présentation de son livre, Reagan, paru aux éditions Perrin
    • novembre 2015 : Simon Tabet (Université Paris Ouest – Nanterre) : Zygmunt Bauman et la démocratie contemporaine
    • décembre 2015 : Simon Deschamps : Franc-maçonnerie et pouvoir colonial dans l’Inde britannique (1730-1921)
    • janvier 2016 : Hilary Sanders : Migrants et politiques ‘accueillantes’ aux Etats-Unis : une citoyenneté urbaine sous conditions ?
    • février 2016 : Helen Goethals : Theorising the Informal Empire
    • mars 2016 : Julie Gottlieb (University of Sheffield) : présentation de son livre, Guilty Women
    • avril 2016 : Zachary Baqué : « To give information about the work of the government » : Propagande, documentaire et démocratie. Les exemples britanniques et américains dans les années 30. 
    • mai 2016 : JÉ “The Glorious Revolution in the Atlantic World”
    • octobre 2016 : Michael Stambolis (Université Bordeaux Montaigne), The Culture of Knowledge: Constructing “Expertise” in Legal Debates on Marriage and Kinship for Same-Sex Couples in the United States and France
    • novembre 2016 : Ana Artiaga, présentation de sa thèse
    • décembre 2016 : table-ronde autour des élections américaines
    • janvier 2017 : Emmanuelle Perez, présentation de sa thèse
    • février 2017 : Gaëlle Serena

Cycle quadriennal de journées de recherche en civilisation britannique contemporaine co-porté par le CAS/axe 3 (Vincent Latour, Nathalie Duclos) et EMMA (Paul-Valéry Montpellier, Marc Lenormand et Anne-Marie Motard). Thématique générale du cycle d’études : « Repenser les marges au Royaume-Uni »
  • Évènements
    • mars 2016 : JÉ « Repenser les nationalismes en Grande-Bretagne ».
    • décembre 2016 : JÉ « L’Écosse est-elle (encore) une périphérie ? Repenser la place de l’Écosse au sein du Royaume-Uni et de l’Union européenne » /"Is Scotland (still) a periphery? Rethinking Scotland’s place within the UK and the EU" (Nathalie Duclos)


Programme 3 : « conflit et négociation »

  • Évènements
    • mars 2016 : conférence de Martin Hurcombe (University of Bristol), “Remembering and Commemorating the Great War in France and Britain”
    • juin 2016 : congrès de la SEW (Société d’Études Woolfiennes), « Virginia Woolf and images: becoming photographic » (Adèle Cassigneul)
    • octobre 2016 : JÉ « Droits individuels et mobilisations collectives en période de crise : Rôle et impact de la société civile au Royaume-Uni depuis 2008 » / « Individual Rights and Collective Mobilisation in Times of Crisis: The Role and Impact of British Civil Society Since 2008 » (Vincent Latour)