Laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes (CAS)


Accueil CAS > Séminaires > Jeudis du Genre 

Jeudis du Genre

Responsables

  • Catherine Delyfer, Emeline Jouve, Cristelle Maury, Catherine Puzzo

Historique

Le groupe des « Jeudis du genre » a été fondé en 2005 par Karen Meschia et Elizabeth de Cacqueray dans le cadre du programme quadriennal 2005-2010 du laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes.

En inscrivant ses travaux sur le genre dans une perspective interdisciplinaire, les « Jeudis du Genre » ont fédéré et dynamisé la recherche autour d’une série de journées d’étude et lors d’un colloque international en 2009, « Femmes, conflits et pouvoir » (http://www.afea.fr/Femmes-Conflits-et-Pouvoir-Women.html). Ces travaux ont donné lieu à la publication de deux numéros de revue, Miranda 13 (2010), « Les voix du conflit : femmes et guerres au xxe siècle » (https://miranda.revues.org/322 ), et Caliban 27 (2010), « Femmes, conflits et pouvoir » (http://pum.univ-tlse2.fr/~no-27-Femmes-conflits-et-pouvoir~.html# )

Depuis, les rencontres mensuelles du séminaire rassemblent les membres du département d’études anglophones de l’Université de Toulouse Jean-Jaurès, mais aussi tous ceux et celles qui s’intéressent à la recherche sur le genre, notamment les chercheurs et étudiants impliqués dans le réseau toulousain d’études sur le genre, Arpège (http://arpege.univ-tlse2.fr/). Le séminaire accueille régulièrement des chercheurs invités venus d’universités françaises, britanniques, italiennes, grecques ou américaines, et organise aussi des tables rondes avec des journalistes, des hommes/femmes politiques ou des militant(e)s pour la reconnaissance des problématiques liées au genre.

Présentation, argumentaire, manifestations

Depuis 2015, les « Jeudis du Genre » sont co-dirigés par Catherine Delyfer, Emeline Jouve, Cristelle Maury et Catherine Puzzo. Ces travaux s’inscrivent dans l’axe 1 du C.A.S.

En 2015, les « JDG » ont abordé des questions telles que la représentation contemporaine des femmes dans la presse et les médias, le masculin et le féminin en politique, la subversion des rôles genrés dans la littérature britannique de l’entre-deux-guerres, le rôle de la religion et du mariage, ou encore la masculinité dans le cinéma américain des années 70 [DOCX - 14 Ko].

En 2016-2018, les « JDG » étudient plus précisément les manipulations du genre, et tout particulièrement les formes et les conditions de l’émancipation vis-à-vis de l’assignation à une place définie par le genre. D’une part, en examinant les processus de consolidation, déconstruction ou renégociation des normes et des identités, le séminaire s’interroge sur le « jeu » dans le genre (au sens mécanique de l’espace entre deux pièces imparfaitement assemblées) et sur les « jeux » autour du genre (travestissement). D’autre part, les enjeux politiques et démocratiques du genre sont envisagés, par une approche historique et culturelle des lois sur le suffrage féminin dans le monde anglophone. La notion d’émancipation sert également de fil rouge aux rencontres du séminaire en 2016-17 [DOCX - 14 Ko]



Manifestations scientifiques

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page